Surtout le Pire – Thriller

Sur la chaine France Art, dans Parenthèse, l’émission culturelle

présenté par Jacques Alexandre

En lice pour le prix des Mordus de Thrillers – Saison 2

Cliquer le lien pour la vidéo de présentation

Lien vers le blog « Ma Folie Livresque »

Un style atypique, percutant et poétique, une écriture sobre et envoûtante pour un thriller déconcertant, noir, qui ne laisse pas indifférent.

Je le recommande vivement.

Marc Carre via FB le 13/09/2021

Un thriller psychologique assez atypique et ça fait du bien d’avoir des livres qui sortent du lot.

Lou a une très belle plume et un univers bien à elle, on sent qu’elle écrit avec ses tripes.
Pendant une bonne partie du livre, je me suis demandé ou l’auteure voulait nous emmener. Lou nous balade jusqu’au bout du livre, elle joue avec nos nerfs, et même la fin peut être interprétée de différentes façons.
Une belle découverte et une histoire glaçante qui fait réfléchir sur certaines déviances de l’espèce humaine. Vous aimez les thrillers psychologiques et atypiques, alors foncez ».

Isabelle Bourdial via Les Flingueuses

J’avais été avertie à plusieurs reprises, y compris par l’auteure :
– « Je te préviens, il est dur ! »
–« Tu vas voir, elle n’y est pas allée de main morte ! »
– « Ame sensible s’abstenir. »
Plutôt froussarde de nature, je ne suis jamais enthousiaste à l’idée de subir une déferlante d’ondes de chocs. Je veux bien être surprise mais pas chahutée tout au long d’une histoire. Je laisse ça à des coeurs mieux accrochés que le mien ! Mais Lou est une sacrée conteuse. Avec elle, aucun risque de déferlement de violence gratuite ou de complaisance pour le trash. Et puis toutes ces mises en garde n’avaient fait que renforcer mon envie furieuse de découvrir Surtout le pire ! Alors j’ai plongé dans ce thriller. Premier constat, je confirme : il est bien plus ténébreux que ne l’exige le genre. le récit est particulièrement sombre, bien imaginé, efficacement retranscrit en mots. Sa noirceur est renforcée par un style sec, taillé à l’os, dénué de moelleux et de superflu, qui le rend puissant et âpre. Deuxième évidence : comme beaucoup de romans de Lou, il est introspectif. Les trajectoires décrites sont surtout intérieures. Plus que les faits et les actes, c’est le ballet des pensées qui donne à voir et à ressentir. Autre constatation, les personnages sont tout sauf banals. On se balade dans leur tête, on les scrute en dedans, sans parvenir à les cerner vraiment. Difficile d’isoler chacune de ces silhouettes qui s’entremêlent. Combien sont-elles ? Mystère. Et cette incertitude contribue à l’attrait du roman. Tour à tour excessives ou absentes, elles se dérobent au moment où l’on croit les saisir.
En résumé, Surtout le pire surprendra les lecteurs avertis, ceux qui voient plus loin que la page en cours, ceux qui font des pronostics. Son originalité, sa tonalité, sa voix intérieure peuvent déconcerter ou charmer.

Sandrine Roy, le 5/02/2020 sur facebook

Comme je le fais souvent, j’avais fait le choix de me lancer dans Surtout le pire sans avoir lu la 4ème de couverture. Pour le coup, au-delà d’une surprise, ce fut un choc que la découverte de l’univers de Lou Valérie Vernet. Une écriture sombre, tout comme la vision duelle des hommes et des femmes, écorchée, torturée. La vie dans ses pires travers, un livre déstabilisant et une Plume avec un grand P.

Lo André sur FB le 13/01/2020

« Sous la forme d’un thriller, Lou Vernet signe ici un roman plein de noirceur et de violence, autour de l’enfance et de l’abandon. Les êtres sont tourmentés et tout au long du récit ils sèment le doute et l’inquiétude chez le lecteur, et nous prouvent que seul la volonté ne suffit pas, mais que nous sommes rattrapés par les démons de notre enfance. Les personnages, comme le lecteur sont rudoyés et entrainés dans une spirale sans fin et toujours sous une formidable plume qu’est celle de cette auteur. Un roman à part, comme le sont ceux de Lou Vernet ».

Chronique de Geneviève : le post-it de Ge :

Extrait : Voilà c’est parti, Lou Vernet va maintenant mener la danse, elle va dorénavant instiller le doute en nous. Et les mots de Lou vont devenir nos maux. Si elle malmène ses personnages, elle n’épargne pas non plus ses lecteurs. Impossible de ressortit indemne de cette lecture.

Dans le Top 10 de Collectif Polar – Ge et ses flingueuses –  Noël 2019

Lou Vernet aime les mots et elle les manipule avec brio. Elle nous manipule avec génie. Avec ses mots elle donne du caractère à ses personnages, elle les façonne de tel façon que nous nous y attachions, même les pires. Elle dissèque les âmes de ceux-ci, elle nous les donne à voir tels qu’ils sont. Et on va faire avec eux un voyage intime qui ne peut que nous bouleverser. Nous ne sommes pas dans un simple thriller, un simple polar, un roman noir non, il y a toujours un petit plus, et ce plus c’est la littérature. Oui les mots de Lou ne sont qu’émotions. Mais que c’est bon de ressentir et plus simplement de sortir de cette lecture encore plus vivant(e).

 

Lien vers la Gazette du 95

Lien vers le blog de Pause Polars

Extrait : Lou Vernet est une touche à tout. Voyageuse, curieuse, et un peu ouf parfois disons-le. C’est un personnage et il faut absolument aller à sa rencontre, en lisant ses livres mais aussi en allant discuter avec elle en salon littéraire. Ce fut mon cas lors du salon Polar’Osny en 2017 et depuis je suis devenue une Lou’s addict.

Lien vers le blog de Les lectures de Maud

Extrait : Mon avis : Une lecture qui m’a bluffée et d’un côté m’a laissée sans voix (sans mot). Je ne peux que féliciter l’auteur pour ce livre dur qui va me marquer un bon moment…

Sur Fb le 3/11/2019 Par Isabelle Villain

« Aujourd’hui, j’ai profité d’un dimanche bien grisouille pour bouquiner. J’ai débuté ma lecture ce matin, et je viens de tout juste de la terminer. Bref je ne l’ai pas lâchée. En revanche mon retour sera bref car il m’est presque impossible de raconter cette histoire sans la spoiler. J’espère juste vous donner envie de la découvrir avec ces quelques mots. Je vais vous parler du dernier thriller de Lou Valérie Vernet « Surtout le pire ». Un titre accrocheur et une couverture plutôt mystérieuse. Ce roman est un thriller entre ombre et lumière. Un thriller atypique, déroutant, percutant où la poésie est présente à chaque page. Les chapitres sont très courts. Je suis demeurée en apnée pendant toute la lecture (heureusement le livre ne fait que 264 pages ). Attention ce livre ne peut être lu en diagonale car chaque mot, chaque verbe, chaque adjectif ont leur importance. Tout est réfléchi. Rien n’est laissé au hasard. L’écriture de Lou est chirurgicale et poétique à la fois. C’est un cri déchirant sur fond d’enfance traumatisée. Un roman noir. Et lorsqu’on lit la dernière phrase de l’épilogue, on se dit… « ah ouais… » « OK, j’attends la suite alors… »

Lien vers les avis Babelio

Lien vers le blog Livresque78

Extrait : « Un vrai coup de maître, bravo Lou ! ».

Lien vers le blog Collectif Chronique de Nuit

extrait : « Avec son écriture sublime, qui souvent frise le minimalisme d’un “Haiku”, les mots, les verbes, les idées s’enchaînent et rebondissent tels des ricochets dans une folle ronde. La plume de Lou m’a entrainé dans une spirale infernale (où elle joue définitivement avec le lecteur), qui ne se dévoilera qu’aux toutes dernières pages… ».

Lien vers le blog CriminoCorpus

Lien vers le blog de Polarmaniaque

Extrait : Mais quelle écriture, nom de Dieu , quelle facilité, quelle aisance, quelle fluidité, fabuleux!

Lien Vers le blog Passionlecturedannick.blogspot.com

Extrait : Un thriller pas comme les autres, atypique et littéraire. Lou a cette façon bien à elle d’écrire entre littérature contemporaine et roman noir. Pour l’intrigue ne vous y trompez pas c’est très dur, noir, sans fioriture. Les faits sont là, crus et ça tord les tripes.

Lien vers le blog : Book.beltanesecret.com

Extrait : Le dernier roman de Lou Vernet est un thriller mâtiné de roman noir, à moins que ce ne soit l’inverse… Il contient tous les codes des deux genres mais à la façon atypique de l’auteure, à sa manière très personnelle et surtout très exceptionnelle, dans sa construction comme dans son écriture.

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié